T.T.C. ANDERSON

Ép.= Mary Ellen Hudging-(11)

Homme - (1845 - 1939)

Notes

==
This page is a part of the Bowie County TX GenWeb project and all of the information here is FREE for you to use. If you are being
charged to view/use any of this information, please contact Elaine.

==

Thomas Tisdale Carrington Anderson Family
By Frances Fox
Taken from Ye Olde Ancestors, July 22, 1992
Written permission given by the New Boston Genealogy Society
to post this information to the Bowie County TXGenWeb site.

==

T T C Anderson was a noted teacher and Confederate veteran.

He died at the age of 94 in a tragic accident as he stepped in front of a Kansas City Southern train at the downtown crossing.

It was his custom to walk to the post office every morning for the mail even though his eyesight was very poor.
This accident took place in 1939.

This summer Ashdown is remembering some of their most important citizens and events of the past and Thomas Tisdale Carrington Anderson is counted as one of their outstanding citizens.

He taught school for 54 years and was the last surviving member of John C Burks Camp, United Confederate Veterans and maybe the last survivor of the Southern Army of the Civil War.

He ran off from his home in Clarksville, Texas at the age of 16 and joined Company F, Whitfield's Texas Legion, Ross Brigade of Calvary.

On May 26th, 1884 he was wounded near Atlanta, Georgia.

The rest of his life he had a small in his cheek and they said you didn't want to stand too close when he was speaking.

It had become a tradition to drape the casket of each Confederate veteran with the same Confederate flag when this banner was sent from Clarksville to Ashdown for the funeral
of T T C Anderson, who was the last of the original 500 members of the camp,
it was placed inside the casket and buried with him.

T T C Anderson, 1845-1939, was born in Fincastle, Botetourt County, Virginia.

His parents were Rev John Anderson and Mary Margaret Tisdale from County Louth, Ireland to America in 1833.

Rev John Anderson, a graduate of Belfast College, was a Presbyterian minister and a teacher.

They eventually moved to Clarksville, texas and T T C Anderson and his brothers and sisters were taught Latin, Greek, and mathematics in their father's schools.

It was from Clarksville that he ran away to enlist for the Civil War in 1862 and he returned to Clarksville on April 16th, 1865 after being released from prison in Richmond, Virginia.

In 1867 he married Mary Ellen Hudgins, 1847-1936 at Rondo, Arkansas where he taught his first school.
====

T T C Anderson and Mary Ellen Hudgins had eleven children and six of them were still living in 1939 when T T C was killed.
=====
Of the eleven children, we can only name eight:

1. Mrs Hal L Norwood
2. Mamie B, 1872-1952, married Andrew T Hemphill
3. Lula, married C P Smith
4. Margueret "Maggie" born about 1874, married first Gabriel E Perot, second Wade M Ball
5. T D
6. R C "Dick"
7. Elia Bell, 1888-1898, buried in Dollarhide Cemetery
8. John H, 1875-1907, buried in Dollarhide Cemetery
==

1.= Hal L Norwood was attorney general of Arkansas at one time and they lived at Mena Arkansas.

2.3.= The Hemphill and Smith families lived at Ashdown.

6.= Dick lived at Beaumont, texas.

4.= Mrs Magie Perot and Gabriel E Perot owned a store in New Boston in the early 1900's
with Gabriel's brother Omer R Perot.

When Gabriel Perot died, Maggie Anderson Perot married a second time to Wade Ball.

Maggie and Gabriel Perot's children were:

1.= Omer Vivian 1897,
2.= Leon R 1899,
3.= Gabriel Ross 1901,
4.= Ray Anderson 1902,
5.= and John Russell 1905.

So, T T C Anderson and Mary Ellen Hudgins are the great grandparents of H Ross Perot.


--------------------------------------------------------------------------------

Return to Bowie County Home Page

http://www.txgenweb4.org/txbowie/

© 2004 - 2009 Elaine Martin
.

© 2010 Microsoft Terms Privacy Advertise © Bell Canada 2009 Help Center Contact usEnglish

Père : Rev.-JOHN ANDERSON
Mère : MARY-MARGARET TISDALE

Conjoint 1 : MARY-ELLEN HUDGINS
  1. +MARGARET-MAGGIE-H. ANDERSON

                             __
                            |  
                          __|
                         |  |
                         |  |__
                         |     
 _Rev.-JOHN ANDERSON ____|
| (1800 - 1870)x1830     |
|                        |   __
|                        |  |  
|                        |__|
|                           |
|                           |__
|                              
|
|--T.T.C. ANDERSON 
|  (1845 - 1939)x1867
|                            __
|                           |  
|                         __|
|                        |  |
|                        |  |__
|                        |     
|_MARY-MARGARET TISDALE _|
  (1810 - 1880)x1830     |
                         |   __
                         |  |  
                         |__|
                            |
                            |__
                               

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

HENRY BALDWIN

Ép.= Alice King-(8)

Homme - (~ 1530 - 2 juin 1602)

Notes

photo:
Aston Clinton from the church tower
====
http://armidalesoftware.com/issue/full/Thaler_1189_main.html

Generation Three

3. HENRY3 BALDWIN (Richard2, Robert1),
son of (2) Richard2 and Ellen (APUKE) BALDWIN,

was born about 1530 in Aston Clinton[44], and was buried on 1 June 1602 in Aston Clinton[31].

He married in 1555, (XI-2) ALICE KINGE,
who was born about 1533 in Aston Clinton[38],
was buried on 23 Nov. 1626 in Aston Clinton[44]. [30, 44]
daughter of (XI-1) William and Cecily (_____) KINGE,

Held the Manor of Dundridge in Ashton-Clinton, Buckinghamshire, England before 1590.
==
Children: + 4 i. SYLVESTER4 BALDWIN of Cholesbury, Buckinghamshire, b. about 1560; d. on 16 Feb. 1632/3; m. on 28 Sept. 1590 in Cholesbury (ARM-4) JOAN WELLS of Cholesbury, daughter of (ARM-3) Robert and Alice (_____) WELLS.

+ 5 ii. JOHN BALDWIN, b. about 1565 in Aston Clinton; d. on 14 Oct. 1637 in Buckinghamshire; m. HANNAH _____, b. in Aston Clinton about 1595[38].
====================================================
======================================================

Children

1.- Henry BALDWIN

2.- Sylvester BALDWIN b: in Aston Clinton England

3.- Robert BALDWIN b: in Aston Clinton England

4.- John BALDWIN b: in Aston Clinton England

5.- Jane BALDWIN b: in Aston Clinton England

6.- Agnes BALDWIN b: in Aston Clinton England

7.- Richard BALDWIN b: 1556(???)in Aston Clinton England

8.- Mary BALDWIN b: 1575 in Aston Clinton England


=======================================

Père : RICHARD BALDWIN
Mère : ELLYN APUKE

Conjoint 1 : ALICE KING
  1. +SYLVESTER BALDWIN
  2.  JOHN BALDWIN
  3.  RICHARD BALDWIN
  4.  HENRY BALDWIN
  5. +ROBERT BALDWIN
  6.  MARY BALDWIN
  7.  JANE BALDWIN
  8.  AGNES BALDWIN

                                                 __
                                                |  
                     _ROBERT BALDWIN-(BAULWIN) _|
                    | (1475 - 1536)x1500        |
                    |                           |__
                    |                              
 _RICHARD BALDWIN __|
| (1503 - 1553)x1524|
|                   |                            __
|                   |                           |  
|                   |_AGNES DOLTE ______________|
|                     (1480 - 1550)x1500        |
|                                               |__
|                                                  
|
|--HENRY BALDWIN 
|  (1530 - 1602)x1555
|                                                __
|                                               |  
|                    ___________________________|
|                   |                           |
|                   |                           |__
|                   |                              
|_ELLYN APUKE ______|
  (1507 - 1565)x1524|
                    |                            __
                    |                           |  
                    |___________________________|
                                                |
                                                |__
                                                   

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

MADELEINE BIGOTTEAU

France- Ép.= Jacques Aigron Sieur de la Motte

Femme - (1613 - 21 mars 1650)

Notes

==
Blason = Héraldique Gérard Bachelier
http://g.bachelier.free.fr
==

AIGRON

De sinople à trois pigeons d'argent, les ailes éployées, posés deux et un.
Simon des Coustures dit : "de sinople à trois aigles d'argent, posées deux et un." Je pense qu'il s'agit d'une erreur.

Cette famille est sorti de Montignac-Charente, où elle possèdait le fief de Combizan.

I) AIGRON Abraham, écuyer, sieur de la Motte et de Combizan, conseiller en la maison de ville d'Angoulême, de 1626 à 1642.

(Promotion à la charge de conseiller par la mort de Pierre des Forges, le 19 octobre 1626. Jean Trigeau est pourvu de la même place par le décès dudit AIGRON, le 5 février 1642.)

Il avait épousé Guillemine Bardin.

Il mourut à Angoulême le 3 février 1642, laissant plusieurs enfants, dont :

1) François, qui suit.

2) Jacques, sieur de la Motte, qui alla s'établir à La Rochelle, où il devint conseiller au présidial.

Il commanda, sous le nom de la MOTTE-AIGRON, une compagnie rochelaise, au siège de cette ville en 1629.

Il n'eut paraît-il que des filles de son alliance avec ?,

cependant, ou trouve :

- Pierre, dit Lamothe, fils de Pierre et de Marie Daguine, de Saint-Etienne d'Estrée, évêché de La Rochelle.

Il émigra au Canada à Québec en 1663.



--------------------------------------------------------------------------------
II) AIGRON François, écuyer, sieur de Combizan.

Il fut lieutenant particulier au présidial d'Angoulême, puis président et lieutenant-général à Cognac, enfin vice-sénéchal d'Aunis, Saintonge et Angoumois.

Il fut aussi capitaine d'une compagnie de carabins, entretenue pour le service du roi.

Il fit un paiement à Guillaume Frétard, garde pour le roi des eaux et forêts d'Angoumois, pour des biens acquis par moitié avec Jean de Chergé, écuyer, seigneur dudit lieu, passé le 16 juin 1641, par acte, reçu Martin, notaire à Angoulême.

Il acquit de Clément Le Musnier la métairie noble de la Rocque, située à l'extrémité du bourg de Saint-Simon, du côté de Bassac.

Il acquit aussi le fief de la Font (ancienne dépendance de la seigneurie de Hautemoure en Saint-Simon, qui relevait de l'abbaye de Bassac.)

Il épousa le 8 août 1623 Anne Boire,d'où entre autres:

1) Pierre, qui suit.

2) Françoise, qui se maria le 27 août 1647 avec Louis Bernard, écuyer, seigneur de Saint-Michel.


--------------------------------------------------------------------------------
III) AIGRON Pierre,

écuyer, sieur de Combizan et de la Font, né à Angoulême le 7 mars 1637.

Il vendit la terre de la Rocque vers 1695 à Pierre Rambaud, sieur de Mareuil.

Il se maria le 16 janvier 1663 avec Marie de Girard, veuve de François Lambert, écuyer, sieur de Cesseau, d'où plusieurs enfants, entre autres :

1) Jean-Henri, qui suit.

2) Marie,
mariée le 21 décembre 1688 avec Pierre Vigier, écuyer, sieur de Beaucaire en Saint-Amand de Nouère.

Elle décéda le 21 avril 1744 et elle fut enterrée dans l'église de Saint-Simeux.

3) Françoise,
née le 15 janvier 1665, baptisée à Mérignac le 28 novembre 1665

4) Geoffroy-Pierre,
baptisé le 31 août 1671 à Mérignac.

5) Jacquette,
née le 12 août 1672 à Mérignac, et baptisée le 24 août 1672.

6) Charles,
baptisé le 27 décembre 1673 à Mérignac.


--------------------------------------------------------------------------------
IV) AIGRON Jean-Henri,

écuyer, sieur de Saint-Simon, né à Mérignac le 20 avril 1670, et baptisé le 15 septembre 1670.

Il épousa Catherine-Thérèse Joubert, de Birac, dont il ne laissa qu'une fille :

1) Marie.

Il décéda à la Galacherie, paroisse de Birac, le 30 novembre 1745.


--------------------------------------------------------------------------------
- On trouve aussi Marie (soeur d'Abraham ?),

qui épousa après contrat du 6 avril 1619 François Normand, écuyer, seigneur des Bournis (Garat), maire d'Angoulême en 1645-1646 et 1653-1654.

On peut voir le blason de la famille AIGRON sur un vitrail dans l'église de Mérignac.

- Nobiliaire de la Généralité de Limoges : Simon des
Coustures.

- Beauchet-Filleau : Dictionnaires des familles de
l'ancien Poitou.

- Abbé Tricoire : le château d'Ardenne.

- Abbé Adolphe Mondon : Notes historiques sur la
baronnie de Marthon.

- Vigier de la Pile : Histoire de l'Angoumois.

- Renseignements fournis par Gérard Bachelier :
Mérignac, deux mille ans d'histoire.

===============
====
=


Conjoint 1 : JACQUES AIGRON-SIEUR-de-la-MOTTE
  1.  PIERRE AIGRON-DIT-LAMOTHE
  2.  ANNE AIGRON

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--MADELEINE BIGOTTEAU 
|  (1613 - 1650)x1634
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

BERTHE DE-SAVOIE

Ep.= HENRI-IV, du SAINT EMPIRE

Femme - (21 septembre 1051 - 27 décembre 1087)

Notes

==
DÉCÉDÉE à 36 ans
==
voici ce que dit le wikipédia
==
Henri IV avait eu cinq enfants de son premier mariage avec Berthe de Turin (1051-1087)
=

Berthe de Turin
(ou Berthe de Savoie, Bertha de Maurine)
(née le 21 septembre 1051 et morte le 27 décembre 1087).

Certains historiens lui donnent aussi le nom d’Adélaïde de Turin.

====================================
Elle est la fille de Othon Ier de Savoie (v.1023-1060)
et de sa femme Adélaïde de Suse (v.1015-1091),

et la sœur de :

a.) Pierre Ier de Savoie : 4e comte de Savoie, (1048-1078).

b.) Amédée II de Savoie : 5e comte de Savoie, (1050-1094).

c.) Othon ou Odon, évêque d’Asti (décédé vers 1088)

d.) Adélaïde de Savoie, (1052-1079),
épouse de Guigues IV d'Albon,
puis en 1067 de Rodolphe de Rheinfeld-Souabe, duc de Souabe.
==================================

MARIAGE:
En 1066, elle épousa Henri de Franconie (1056–1106),
qui sera élu, en 1084, souverain du Saint-Empire sous le nom d’Henri IV.

Elle lui donna cinq enfants :

==
1.= Adélaïde (1070 - 1079)

2.= Henri (né et mort en 1071)

3.= Agnès de Franconie (1074 - 1143)
qui épousa, Frédéric Ier duc de Souabe
et - après sa mort - Léopold III d'Autriche

4.= Conrad de Germanie (1074 - 1101) :
duc de Basse-Lotharingie,
duc de Lothier,
marquis de Turin (1076-1087),
roi des Romains (1087-1098),
roi d'Italie (1093 à 1098).

5.= Henri qui succéda à son père sous le nom d'Henri V (1086 - 1125)
==================================

Empereur, Henri IV s’opposa au pape Grégoire VII qui l’excommunie et favorise son beau-frère Rodolphe de Rheinfeld-Souabe.

Berthe accompagne son époux lors de l’humiliante cérémonie de Canossa en janvier 1077.

Sa mère Adélaïde de Suse et son frère Amédée II de Savoie servirent de médiateurs entre les deux puissances.

Ils aidèrent efficacement l’empereur qui les récompensa en donnant le Bugey à Amédée II de Savoie et en reconnaissant les droits et l’inféodation du marquisat d'Ivrée à Adélaïde de Suse.
==


http://fr.wikipedia.org/wiki/Berthe_de_Turin_(1051-1087)

Dernière modification de cette page le 17 octobre 2010 à 12:01.
===



Conjoint 1 : HENVI-IV DU-SAINT-EMPIRE

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--BERTHE DE-SAVOIE 
|  (1051 - 1087)x1068
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

ODA DE-VERDUN

Ép.= Lambert-II, De-Louvain-(3)

Femme - (~ 1000 - ~ 1070)

Notes

==
imp4L
==
===============
Descendant de: CHARLEMAGNE - ROI des FRANCS - EMPEREUR D'OCCIDENT (9° Génération)
======================================
aussi: De-LOTHIER
====================

Mariage et enfants [modifier]

Il épousa Oda de Verdun (morte après 1054),
fille de Gothelon Ier, duc de Basse Lotharingie et de Haute Lotharingie,

et eut :

1.= Henri II, (1020 † 1078), comte de Louvain et de Bruxelles

2.= Régnier, tué en 1077 dans un combat dans l'Hesbaye

3.= Gerberge, vivait encore en 1100, et avait un fils Henri.
Elle était mariée avec un comte Lambert, probablement descendant des comtes de Namur ===============

Conjoint 1 : LAMBERT-II DE-LOUVAIN
  1. +HENRI-II COMTE-de-LOUVAIN-ET-de-BRUXELLES

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--ODA DE-VERDUN 
|  (1000 - 1070)x1020
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

CONAN-V DUC-de-BRETAGNE

COMTE de RICHMOND

Homme - (~ 1138 - 20 février 1171)

Notes

photo:
Sceau de Conan IV de Bretagne selon Dom Morice
==
DÉCÉDÉ ~33 ans
==
voici ce que dit le wikipédia
=
Conan IV dit le Petit (vers 1138 au 20 février 1171),

fils d'Alain le Noir, seigneur de Guingamp et comte de Richmond,
et de
la duchesse Berthe de Bretagne, fille du duc Conan III,

fut comte de Richmond de 1146 à 1171 et duc de Bretagne de 1156 à 1166.
==

Biographie [modifier]
Conan III désigne Conan IV comme son héritier sous la régence d'Eudon de Porhoët, second mari de Berthe, déshéritant pour cause d'illégitimité, son fils Hoël qui, défait par Eudon, doit se contenter du comté de Nantes.

À l'âge de la majorité, Conan IV, révolté contre son beau-père qui refuse de lui laisser les rênes du duché, s'allie à Hoël mais est battu par Eudon en 1154.

Il se réfugie en Angleterre auprès d'Henri II Plantagenêt qui lui confirme la possession du titre et de l'Honneur de Richmond, hérités de son père. Cet « honneur » consiste en un ensemble de terres et de revenus dans le Yorkshire.

Conan reçoit une aide militaire anglaise qui lui permet de revenir en Bretagne et de rallier plusieurs féodaux, mais sa position de vassal du roi d'Angleterre provoque une révolte des seigneurs bretons sous la conduite d'Eudon de Porhoët.

Ce dernier, battu, se réfugie hors de Bretagne.

Conan IV est proclamé duc en 1156, mais cette même année, les Nantais chassent son oncle Hoël et choisissent pour comte le frère cadet d'Henri II, Geoffroy Plantagenêt, déjà comte du Maine et d'Anjou depuis 1156.

Le comté de Nantes sort du duché.

À la mort de Geoffroy, en 1158, Conan croit pouvoir reprendre le Nantais, mais doit le restituer à Henri II.

En 1160, avec la bénédiction du roi d'Angleterre, Conan épouse Marguerite d'Écosse.

Constance naît peu de temps après et se trouve rapidement fiancée (à l'âge de 4 ans)
au troisième fils du roi Henri II, Geoffroy II Plantagenêt (âgé de 8 ans).

Eudon de Porhoët mène une nouvelle révolte qui remporte des succès, mais offre ainsi à Henri II le prétexte[1] pour intervenir en Bretagne avec une armée qui prend Josselin en 1168.

Henri II dépouille Eudon de Porhoët du Porhoët, puis, après une dernière révolte en 1173, du comté de Penthièvre.

Henri II ne tolère plus de désordre dans le duché, en particulier les nuisances apportées au commerce maritime entre ses différentes possessions (au Nord et au Sud de la Bretagne) par les naufrageurs abusant du droit de bris[2].

Conan est obligé d'abdiquer en faveur de son futur gendre.

Ce dernier n'ayant que 9 ans, Henri II se fait reconnaître gardien du duché par les barons en attendant que son fils ait atteint la majorité.

Conan ne conserve que le comté de Guingamp et meurt quatre ans après son abdication.

Il est inhumé dans l'abbatiale de Bégard.

==========================
Union et descendance [modifier]

De son union avec Marguerite d'Écosse naît :

Constance, duchesse de Bretagne.
=========================


Annexes [modifier]
Notes [modifier]
? De nombreux troubles ayant éclaté dans plusieurs de ses fiefs continentaux (Normandie, Maine…), Henri II décide de se déplacer en personne remettre de l'ordre dans ses territoires
? Judith Everard. « Le duché de Bretagne et la politique Plantagenêt aux XIIe et XIIIe siècles », in Marin Aurell et Noël-Yves Tonnerre éditeurs. Plantagenêts et Capétiens, confrontations et héritages, colloque des 13-15 mai 2004, Poitiers. Brepols, 2006, Turnhout. Collection Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge. ISBN 2-503-52290-4, p. 202
Bibliographie [modifier]
André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe?-?XIIIe siècle. Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 2727200122).
Étienne Gasche, Petite histoire des Rois et Ducs de Bretagne, éditions Yoran Embanner, 2006, (ISBN 2-9521446-7-2)



       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--CONAN-V DUC-de-BRETAGNE 
|  (1138 - 1171)
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

ZOÉ PARENT

Grand-Mère = Alonzo Ste-Marie Ép=J.B (3°) Perreault

Femme - (29 septembre 1822 - 22 octobre 1912)

Notes

==
MARIAGE à 23 ANS
DÉCÉDÉE à 90 ANS
===

Conjoint 1 : JEAN-BAPTISTE.3° PERREAULT
  1. +PHILIAS PERREAULT
  2.  GEORGIANA PERREAULT

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--ZOÉ PARENT 
|  (1822 - 1912)x1845
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

MARIE-ANTOINETTE-BARBE-JOSEPHTE RAMBIN

Ép.= François Prudhomme

Femme - (~ 1765 - ~ 1835)

Notes

==
Photo:
Fort St. JEAN-BAPTISTE, Natchitoches = Alex Demyan, Louisiane Office Sta
=======

Conjoint 1 : FRANÇOIS PRUDHOMME
  1. +MARIE-LOUISE-EUPHRAISINE PRUDHOMME

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--MARIE-ANTOINETTE-BARBE-JOSEPHTE RAMBIN 
|  (1765 - 1835)x1785
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

SAINT-SIGISMOND ROI de SAPAUDIA-BURGONDIE

ROI ( 516-524 )

Homme - (~ 460 - 1 mai 524)

Notes

==
photo = Hachette
===
aussi = SIGISMUND
==
Voici ce que dit le Wikipédia
==
Sigismond, fils de Gondebaud, sanctifié par l'Église catholique, fut roi des Burgondes.

Attaché à l'arianisme par sa famille, il se convertit au catholicisme sous l'influence de saint Avit, évêque de Vienne.

Associé à la royauté en 513, il releva et fit agrandir la célèbre abbaye d'Agaune (aujourd'hui Saint-Maurice dans le Valais).

Devenu roi à part entière après la mort de Gondebaud, il y convoqua un concile et fit adopter une nouvelle constitution pour les moines qui les affranchit du travail manuel mais leur imposait de chanter l'office de manière ininterrompue.

C'est le fameux Laus perrenis , la psalmodie perpétuelle, qui fit l'originalité et la célébrité de l'abbaye.

Pour remplir ce programme qui exigeait un grand nombre de moines, il en fit venir des Îles de Lérins, de l'Ile-Barbe et de Condat et les dota de libéralités suffisantes pour assurer leur entretien.

Sigismond s'efforça par ailleurs de faire disparaître l'arianisme de son royaume, conseillé par Avit qui paraît avoir été son grand inspirateur.

Marié vers 494 à une Ostrogothe, fille de Théodoric le Grand et devenu veuf,
il fit étrangler son propre fils Sigéric pour l'éliminer de la succession royale.

Pris de remords, il s'enferma, dit-on, à Agaune pour prier et jeûner...

Lorsque les Francs envahirent la Bourgogne (Burgondie), il dut fuir pour chercher un refuge et semble avoir songé une fois de plus à son abbaye.

Il fut rattrapé, ramené à Orléans et peu de temps après, Clodomir le fit jeter dans un puits avec sa femme et ses enfants.

Depuis, il est considéré comme un martyr.

Le puits de Coulmiers (près de Patay, 45) fut illustré par des miracles.

On y bâtit une chapelle qui devint plus tard un prieuré de Saint-Mesmin.

Le puits se situe dans le petit village de Saint-Sigismond.

L'église de ce village est construite sur ce puits, et l'eau de ce puits était réputée pour guérir des fièvres.

Des pèlerinages était organisés encore au début du XXe siècle.

Aujourd'hui encore, selon la tradition populaire locale, les femmes de Coulemelle (hameau de la commune de Saint-Péravy-la-Colombe) auraient aidé à jeter saint Sigismond dans le fameux puits.

Un proverbe local, heureusement non vérifié, dit que "les filles de Coulemelle ne seront jamais ni bonnes ni belles parce qu'elles ont jeté saint Sigismond dans le puits".

================
Clodomir fait alors assassiner Sigismond et les fils de ce dernier le 1er mai 524,
(jetés dans un puits avec sa femme et ses enfants)
==

on dit aussi
==
Clodomir roi d'Orléans
Né vers 495 Règne en 511 Mort en 524
ép gontheuque
Clodomir :
À la Mort de Clovis son père, il devient roi d'Orléans.
523 Campagne contre Sigismond roi Burgonde, avec ses frères Childebert et Clotaire.

Clodomir s'empare de Sigismond qu'il fait jeter dans un puits avec sa femme et ses enfants.

524 Campagne contre Godomar roi Burgonde, avec ses frères Clidebert, Clotaire et Théoderic.

Clodomir est battu et tué dans la bataille de Vézeronce.

Son royaume revient à Childebert Ier
En 524, après sa mort, ses 2 frères Clodomir et Childebert font égorger ses 2 fils Thèodebald et Gontier de peur que leur mère Clotilde qui en avait la garde, le les mettent sur le trône. seul Clodoald (le futur Saint cloud) en rechappera il rentrera
dans les ordres.
==========

on dit aussi
=
Les Burgondes sont un peuple germanique du rameau ostique, originaire de Norvège,
puis de l'île de Bornholm [Burgundarholm]),
qui a participé aux invasions et migrations de la fin de l'Antiquité et du haut Moyen Âge,
période durant laquelle ils s'établissent durablement en Gaule



Histoire [modifier]
Arrivés en Poméranie dès le IIè siècle, sous la pression de la première vague migratoire des Goths vers le limes pontique, au terme de migrations en Germanie et sur le plateau bavarois, les Burgondes s'établissent autour de Mayence.

Pris entre les Alamans au sud et les Francs au nord, menacés par les Huns à l'est, leur objectif est de devenir un des peuples "fédérés" de Rome mais dans un premier temps cette entreprise échoue, les Romains voyant dans la sédentarisation des Burgondes sur le limes rhénan un danger potentiel.

La tâche de défendre le limes rhénan leur revient toutefois un siècle plus tard au moment de la seconde vague migratoire des Vandales, des Suèves et des Alains vers la Gaule.

Venant appuyer Jovin lors du soulèvement en Germanie seconde, les Burgondes reçoivent un territoire sur le cours inférieur du Rhin qu'ils constituent en petit Royaume avec Worms comme capitale (début du Ve siècle).

Dès cette période, des clans royaux burgondes se convertissent au christianisme orthodoxe (catholicisme) ou à sa variante l'Arianisme, mais le peuple et la noblesse restent cependant en grande majorité païens, aux contacts des Goths.

En 436/437, sous la conduite de leur roi Gondichaire et profitant de l'agonie de l'Empire romain d'Occident, les Burgondes s'attaquent à la Belgique,
ils rompent alors avec les Romains et se heurtent au général Aetius qui les défait grâce notamment à ses fidèles contingents de cavaliers huns.
20 000 guerriers burgondes seraient morts dans ce combat avec leur roi, le Gunther des Nibelungen ;
le choc est terrible pour le peuple burgonde, terrorisé.

Une partie d'entre eux sont soumis au roi hun Attila et s'établissent en Pannonie, tandis que les autres, certainement la majorité et bien que vaincus, se voient intégrés comme auxiliaires de l'armée romaine et sont installés en Sapaudia
(« Pays des Sapins »),
région qui couvrait les territoires frontaliers entre les Alpes et le Jura laissés à l'abandon par les Helvètes qui avaient reflué depuis longtemps vers la Suisse Allemande.
Rome s'assure ainsi d'un fort contingent de soldats sur un des axes commerciaux essentiels de Gaule vers Rome.

En 443 commence officiellement le royaume de Burgondie avec Genève pour capitale principale et plus tard les villes de
Lyon, prise en 457, perdue et reprise en 459,
Dijon,
Besançon,
Autun,
Langres (vers 460)
et Vienne en (463).

Le peuple burgonde, un des peuples scandinaves les moins nombreux, divisé en deux groupes et réduit par les attaques hunniques et alémaniques des décennies précédentes (autour de 80 000 individus tout au plus), s'installe essentiellement autour de Genève, sur la rive Nord du lac Léman, en Romandie, et dans la vallée de la Saône. Des détachements militaires seront quant à eux cantonnés dans quelques points stratégiques comme notamment la forteresse d'Avignon et à Embrun ; rien d'une invasion massive en Gaule. En 475, ils atteignent la Durance et espèrent atteindre la Méditerranée. En 500/501, leur extension est stoppée par les Francs qui les battent près de Dijon, sur l'Ouche.

En 451, les Huns sont défaits aux Champs Catalauniques par l'armée des fédérés de Rome sous la conduite de Aetius avec le renfort des contingents Burgondes qui lui permettent de l'emporter dans la phase finale du combat. Attila, vaincu, se retire vers l'actuelle Hongrie.

Dès 457, les cités gallo-romaines voisines s'agrègent volontairement au royaume naissant Burgonde, les patrices font allégeance à Gondioc, beau-frère de Ricimer, général en chef de l'armée romaine. Les Burgondes commencent à devenir incontournables tant en Gaule qu'à Rome. Ils cherchent à étendre leur royaume vers la Méditerranée mais ne parviennent pas à prendre Arles et Marseille. Ricimer, d'origine Suève, ne peut accéder à la dignité impériale, il demande de l'aide à Gondioc pour prendre Rome, qui lui envoie son fils Gondebaud. Ricimer doit finalement élever Olybrius à la dignité impériale et se retirer. Gondebaud lui-même à la mort de Olybrius tentera de réaliser le rêve de Ricimer en tentant de s'imposer mais il doit à son tour élever à la dignité impériale Glycérius dont l'origine reste obscure. Gondebaud est maître de la milice pour Rome et Glycérius n'empêchera pas son expansion.

Vers l'an 502, alors en pleine apogée sous leur roi Gondebaud, les Burgondes ont étendu leur domination vers l'ouest et le sud et leur royaume est désormais centré sur le Lyonnais et le Dauphiné. Gondebaud a su éliminer ses trois frères pour concentrer le pouvoir entre ses mains, renforçant ainsi le pouvoir royal. Il est l'auteur de la compilation d'un ensemble de lois mettant à pied d'égalité ses sujets gallo-romains et burgondes, (la célèbre loi dite Gombette), autorisant notamment les mariages mixtes mais réservant toujours les hautes fonctions politiques et militaires aux seuls burgondes, il est également connu comme étant l'oncle de l'épouse catholique de Clovis, Clotilde.

Son fils Sigismond lui succède en 516. Il abandonne bientôt officiellement l'arianisme et devient un fervent catholique, pieux et sincère dans sa foi, tentant vainement d'amener son peuple dans sa foi. Il avait déjà fondé vers 515 l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune et en fit un lieu de pèlerinage. La reine Clothilde, sa tante, intrigue auprès de son fils Clodomir afin de mettre la Burgondie sous la coupe du royaume franc et la venger de la mort de ses parents. Clodomir envahit la Burgondie et fait prisonniers Sigismond, sa femme et ses enfants à Orléans. Godomar, le frère de Sigismond, parvient en Burgondie avec des renforts et massacre la garnison franque laissée par Clodomir, qui fait exécuter Sigismond, sa femme et ses enfants. À sa mort, le royaume burgonde, déjà affaibli depuis la mort de Gondebaud et pressé par les Francs, les Alamans et les Ostrogoths d'Italie, est considérablement réduit. Mais grâce à leur victoire à la bataille de Vézeronce sur le roi franc Clodomir, tué au combat, les Burgondes et leur nouveau roi Godomar III sauveront un temps les restes du royaume.

En 532, le royaume Burgonde est attaqué par les frères de Clodomir, à la bataille d'Autun. En 534, la Burgondie est dépecée et annexée par les Francs mérovingiens, les fils de Clovis et de Clothilde (princesse Burgonde) s'en partagent les terres :
Théodebert reçoit le nord qui deviendra la Franche-Comté,

Childebert reçoit le Lyonnais jusqu'à la Savoie,

à Clothaire échoit le la Provence jusqu'à la Durance.

Au fil de la succession des rois francs, la Burgondie est progressivement incorporée au royaume franc bien qu'elle reste considérée comme une entité.

Ainsi, Dagobert 1er est roi des Francs et roi de Burgondie.

Les Burgondes n'opposeront pas de résistances soutenues face aux Francs.
Il purent cependant garder un temps leurs lois et leurs coutumes jusqu'au milieu du VIIe siècle et se mêleront aux autochtones.

Cependant, le souvenir de cet éphémère royaume burgonde et de ce peuple scandinave resta longtemps dans les esprits et il laissa à leurs descendants directs (mais aussi aux autochtones), un sentiment national fort qui sera source de nombreux conflits dans tout le Moyen Âge, dès l'époque mérovingienne avec des tentatives de création d'une Burgondie indépendante et bien plus tard opposant rois capétiens aux empereurs germaniques jusqu'à l'époque du roi Louis XI et de Charles le Téméraire.
Quant à la loi Gombette, elle reste en vigueur, réservée pour la seule noblesse d'ascendance burgonde selon la personnalisation des lois.
Elle sera supprimée au début du IXe siècle avec les efforts notamment d'Agobard, archévêque de Lyon, qui jugea cette personnalisation des lois injuste par rapport au reste de la population, moins favorisée.

L'actuelle Bourgogne perpétue encore de nos jours par son nom, le souvenir de ce premier royaume.


Liste des rois burgondes [modifier]
Article détaillé : Liste des rois burgondes.
export pour fusion : rois des Burgondes


Citations [modifier]
Voici comment les burgondes sont décrits par Sidoine Apollinaire, un noble arvenne pétri de culture latine, en 469 :

« Qui ? moi chanter l'hymen en vers fescennins quand je vis au milieu des hordes chevelues, assourdi par les sons de la langue germaine, obligé d'avoir l'air de louer quelquefois ce que chante, bien repu, le Burgonde aux cheveux graissés d'un beurre rance ? Veux-tu savoir ce qui brise ma lyre ? Effrayée par les rauques accents des Barbares, Thalie dédaigne les vers de six pieds depuis qu'elle voit des patrons qui en ont sept. Heureux tes yeux, heureuses tes oreilles, heureux même ton nez ! car il ne sent pas dix fois le matin l'odeur empestée de l'ail ou de l'oignon. Tu n'as point à recevoir avant le jour, comme si tu étais le vieux père de leur père, ou le mari de leur nourrice, ces géants auxquels suffirait à peine la cuisine d'Alcinoüs. Mais ma muse se tait et s'arrête, après ce petit nombre d'hendécasyllabes, de peur que, dans ces vers badins, quelqu'un n'aille trouver encore une satire.
(Carmina XII.) »


Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]
Burgondes (Grandes invasions) | Liste des rois burgondes
Géographie : Sapaudie | Burgondie
royaumes burgondes : Guerre de Burgondie (523-524) - Bataille de Vézeronce (524)
Antiquité tardive

Articles génériques [modifier]
Histoire de la Bourgogne
Histoire de la Suisse

Liens externes [modifier]
Les Burgondes
Lex romana burgundionum (vers 500)
Histoire très complète

Bibliographie [modifier]
Jean-Pierre Leguay, L'Europe et les États barbares, Ve-VIIIe siècles, Saint-Étienne, France, 2002 (ISBN 2-7011-3254-1)
P. Périn & G. Duchet-Suchaux, Clovis et les Mérovingiens, P. Périn & G. Duchet-Suchaux, Paris, France, 2002 (ISBN 2-235-02321-5)
Justin Favrod, Les Burgondes. Un royaume oublié au cœur de l'Europe, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2002 (ISBN 2-88074-596-9)
Michel Rouche, Clovis, éd. Fayard, 1996 (ISBN 2-213-59632-8)
Jean Prieur, Aimé Bocquet, Michel Colardelle, Jean-Pierre Leguay, Jean Loup, Jean Fontanel, "La Savoie des origines à l'an mil", Rennes, 1983 (ISBN 2-85882-459-9)
==========================

Guerre de Burgondie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
La guerre de Burgondie commence en 523, à l'instigation de Clotilde, deuxième épouse de Clovis et mère de Clodomir, de Childebert et de Clotaire, désireuse depuis longtemps de venger son père, Chilpéric II (burgonde) de Lyon qui avait été assassiné par son neveu le roi burgonde, Sigismond.

Les quatre fils de Clovis — les trois frères et leur demi-frère Thierry — se joignent dans une expédition contre les Burgondes, défont le roi Sigismond et s'emparent de son royaume. Une fois l'expédition accomplie et le fautif et sa famille captifs, les quatre frères retournent dans leurs royaumes en laissant une garnison sur place.

Cependant le frère de Sigismond, Godomar III revient triomphant en Burgondie, à la tête des troupes envoyées par son allié et parent, le roi ostrogoth Théodoric le Grand.

Là, il fait massacrer la garnison que les Francs avaient laissée.

Clodomir qui était reparti à Orléans, capitale de son royaume, fait alors tuer Sigismond et les deux fils de ce dernier : Gisald et Gondebaud, le 1er mai 524.
Puis, à la tête de troupes franques, il se lance dans une seconde expédition contre les Burgondes et leurs alliés ostrogoths.

Lors de la bataille de Vézeronce le 25 juin de la même année, et Clodomir y perd la vie.
=========================



       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--SAINT-SIGISMOND ROI de SAPAUDIA-BURGONDIE 
|  (0460 - 0524)
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

HENRY STONEHILL

Ép.= Agnes Baldwin-(3)

Homme - (~ 1574 - ~ 1644)

Notes

photo:
Aston Clinton from the church tower
======
de:
http://wc.rootsweb.ancestry.com/cgi-bin/igm.cgi?op=GET&db=whuber&id=I2359

Children

1.- Henry STONEHILL

2.- Jane STONEHILL

3.- Agnes STONEHILL
====================

Conjoint 1 : AGNES BALDWIN

       __
      |  
    __|
   |  |
   |  |__
   |     
 __|
|  |
|  |   __
|  |  |  
|  |__|
|     |
|     |__
|        
|
|--HENRY STONEHILL 
|  (1574 - 1644)x1599
|      __
|     |  
|   __|
|  |  |
|  |  |__
|  |     
|__|
   |
   |   __
   |  |  
   |__|
      |
      |__
         

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.

MARIE-JEANNE TESSIER

1°= J.B. Gervais-(9) - 2°Ép.= Pierre-fils Lévesque

Femme - (1685 - 29 septembre 1748) Père : MATHURIN TESSIER
Mère : ÉLIZABETH LÉTOURNEAU

Conjoint 1 : PIERRE-fils LÉVESQUE-DUSABLON
Conjoint 2 : JEAN-BAPTISTE GERVAIS

                                                  _____________________
                                                 |                     
                         _THOMAS TESSIER ________|
                        | (1600 - 1670)x1625     |
                        |                        |_____________________
                        |                                              
 _MATHURIN TESSIER _____|
| (1640 - 1703)x1670    |
|                       |                         _____________________
|                       |                        |                     
|                       |_ÉLIZABETH POIRIER _____|
|                         (1605 - 1675)x1625     |
|                                                |_____________________
|                                                                      
|
|--MARIE-JEANNE TESSIER 
|  (1685 - 1748)x1726
|                                                 _____________________
|                                                |                     
|                        _JEAN-DAVID LÉTOURNEAU _|
|                       | (1616 - 1670)x1654     |
|                       |                        |_____________________
|                       |                                              
|_ÉLIZABETH LÉTOURNEAU _|
  (1654 - 1724)x1670    |
                        |                         _FRANÇOIS BARIL _____
                        |                        | (1600 - 1670)x1625  
                        |_JEANNE BARIL __________|
                          (1633 - 1703)x1654     |
                                                 |_CATHERINE LIGNERON _
                                                   (1605 - 1675)x1625  

PERSONNES

Page d'accueil


Page html créée par Parentèle (5.0.152) le 18 novembre 2011 à 17:50:19 (GMT). Pour en savoir plus, visitez le site Parentèle.